Don Juan aux enfers

by CHARLES BAUDELAIRE (1821-1867)

Quand Don Juan descendit vers l’onde souterraine
Et lorsqu’il eut donné son obole à Charon,
Un sombre mendiant, l’oeil fier comme Antisthène,
D’un bras vengeur et fort saisit chaque aviron.

Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes,
Des femmes se tordaient sous le noir firmament,
Et, comme un grand troupeau de victimes offertes,
Derrière lui traînaient un long mugissement.

Sganarelle en riant lui réclamait ses gages,
Tandis que Don Luis avec un doigt tremblant
Montrait à tous les morts errant sur les rivages
Le fils audacieux qui railla son front blanc.

Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire,
Près de l’époux perfide et qui fut son amant,
Semblait lui réclamer un suprême sourire
Où brillât la douceur de son premier serment.

Tout droit dans son armure, un grand homme de pierre
Se tenait à la barre et coupait le flot noir;
Mais le calme héros, courbé sur sa rapière,
Regardait le sillage et ne daignait rien voir.

Charles Baudelaire

For the sentimental no greater foe exists than the iconoclast who dissipates literary legends. And he is abroad nowadays. Those golden times when they gossiped of De Quincey’s enormous opium consumption, of the gin absorbed by gentle Charles Lamb, of Coleridge’s dark rays, Byron’s escapades, and Shelley’s atheism — alas! into what faded limbo have they vanished. Poe, too, whom we saw in fancy reeling from Richmond to Baltimore, Baltimore to Philadelphia, Philadelphia to New York. continued here

Charles Baudelaire Contemporaries
Victor Hugo
William Allingham
Thackeray
Anne Bronte

English translation on Page 2

Share